Publié par : anglepi | mai 2, 2012

Un point sur la protection des idées.

LES IDEES NE SONT PAS PROTEGEABLES.

Juste avant le premier tour (ALLEZ VOTER ! ), Nicolas Dupont Aignan (NDA pour la suite) a, lors d’un meeting, affirmé qu’il «aurait dû mettre des droits d’auteur sur (ses) idées» et a ajouté ensuite que certains candidats lui devaient beaucoup d’argent pour la reprise de ses idées (en particulier un président de la république se représentant).

Nous ne pouvons imaginer que NDA soit «nul» en droit d’auteur et nous partirons du postulat qu’il a simplement chercher à amuser l’audience.

Comme nous ne sommes pas vieux jeu, nous ne nous indignerons pas sur le mauvais exemple qu’il pourrait donner à l’ensemble des gens l’écoutant et nous supposerons que cet article sera tellement diffusé qu’il éclairera l’esprit de chacun sur la protection des idées.

Lire la Suite…

Publicités

Nous vous parlions récemment du concours de l’APRAM et nous vous proposions différents travaux. 
Comme promis Chloé Prault, gagnante de cette édition 2012 nous propose sa vision du sujet et nous gratifie d’un petit commentaire.

« Parfois, c’est l’humilité qui commande notre silence ».

 

Cette citation de Daniel Pennac, auteur de Comme un roman, me servira d’excuse pour vous avoir fait patienter quant à la diffusion de mon essai sur le sujet du Prix APRAM 2012 !

 
Lire la Suite…

Publié par : anglepi | avril 25, 2012

Megaupload fermé : la réplique du droit d’auteur.

Etudiante en Master 1 à l’Université de Strasbourg Anne-Laure Moro nous propose de revenir sur l’affaire Megaupload avec le recul nécessaire.

Jeudi 19 janvier, une date clé pour le monde du web. Megaupload a été fermé par le FBI et son dirigeant arrêté. Son crime? Non respect de la loi Digital Millenium Copyright Act  (DMCA)concernant les droits de propriété intellectuelle sur internet.

Le site aux millions de visites journalières est mondialement connu.

Bref rappel: Megaupload offre à ses utilisateurs un espace de stockage sécurisé pour les fichiers volumineux (les films et les séries notamment) accessible gratuitement depuis n’importe quel ordinateur via une URL communiquée après le transfert.

La justice américaine a constitué un lourd dossier contre les fondateurs du site pour de nombreux actes, en particulier la violation de la loi DMCA. En effet, la mise à disposition de tous les internautes des contenus protégés constitue une atteinte au droit fondamental de la propriété intellectuelle (posé par la Déclaration universelle des droits de l’Homme, et le Pacte international de New York notamment).

Les fondateurs de Megaupload sont accusés d’avoir entraîné plus de 500 millions de dollars de perte pour les ayant-droits (réalisateurs et acteurs des films).

Plusieurs questions se posent.

Lire la Suite…

Internet, la télévision et la presse, chacun de ces médias utilisent l’image pour attirer le client, le lecteur, le consommateur (barrez la ou les mention(s) inutile(s)).

Dans la veine du dernier billet de @T_ldl nous vous proposons un point sur le droit à l’image.

Ces dernières semaines l’image était au centre des préoccupations.

France 2 se réjouissait d’avoir en exclusivité les images du visage du terroriste de Toulouse, alors que les médias ne proposent aucune image d’Adlène Hicheur le physicien français jugé pour «association de malfaiteurs en vue de préparer des actes terroristes».

Existe t’il aujourd’hui un droit à l’image formel ?

Lire la Suite…

Publié par : anglepi | mars 30, 2012

Les journalistes, des écrivains comme les autres ?

Aujourd’hui @T_Ldl qui nous avait déjà proposé un billet très intéressant sur les enfants contrefaisants, nous invite à regarder du coté des journalistes.

Le blog s’inspirant de l’actualité pour traiter de sujets relatifs à la propriété intellectuelle, nous sommes sans cesse, de jour comme de nuit, en train d’écumer les différents sites d’informations en quête du moindre rattachement pertinent.

A force de visiter ces différents sites d’information, nous nous entichons malgré nous de nos journalistes préférés, et par déformation professionnelle nous nous questionnons sur leurs droits d’auteur.
Il est nécessaire auparavant de replacer le journaliste dans un cadre professionnel.

En effet à l’inverse de l’image d’Épinal de l’écrivain, indépendant, réalisant son livre à l’ombre d’un palmier dans une contrée reculée, le journaliste est le plus souvent salarié.
Lire la Suite…

Encore une fois ce blog ne tient pas ses promesses.

Alors que nous vous avions promis un certain nombre d’articles simples,  nous vous proposons ici un véritable exposé de 13 pages concernant le référencement sur intenet.

Pour être franc avec vous, cet exposé a été fait dans le cadre du concours de l’APRAM et le travail ayant pris du temps il est « triste » de le laisser trainer dans son disque dur.

N’hésitez pas à en débattre dans les commentaires sous cet article.

MAJ 23/03/12 : Nous présentons nos sincères félicitations à Chloé Prault, étudiante en M2 du CEIPI, qui a remporté ce concours de l’APRAM (et dont nous essayerons de vous présenter le travail).

Le document PDF est ici => Le référencement sur Internet, menace ou opportunité pour les titulaires de droits de propriété intellectuelle ?

Nicolas Le Pays du Teilleul qui était déjà intervenu sur ce blog pour un article sur le mash-up  avait lui aussi participé à ce concours.
Il nous propose donc sa vision du sujet.

Le sujet du référencement vu par Nicolas Le Pays du Teilleul
Deux articles pour le prix d’un. Vous êtes gâtés.

MAJ 26/04/12 : Le sujet de l’APRAM fait par Hugo Mignon étudiant, lui aussi, au CEIPI.

Jérôme Sujkowski

Publié par : anglepi | mars 11, 2012

Revue de blogs (1)

Faut-il écrire «Bonjour», «Bonsoir» ou «Salut» dans le début d’un billet ?

Vous avez 4 heures.

Cette question bien qu’elle taraude l’esprit de chaque rédacteur n’est pas du tout intéressante et en cette nouvelle semaine  vous vous demandez plutôt pourquoi vous n’avez pas exploré les blogs de PI au lieu de regarder le match de rugby ?

Non ?  Non, vraiment ?

Qu’importe !  Voici une sélection de cinq articles intéressants.

N’hésitez pas à en ajouter dans vos commentaires.

Lire la Suite…

Publié par : anglepi | mars 9, 2012

Le Mash-Up à l’épreuve du Droit.

Nicolas LE PAYS DU TEILLEUL étudiant au CEIPI nous « offre » ce très beau post. Un peu plus élaboré que nos « simples » billets précédents mais très simple à lire je vous rassure.
N’hésitez pas à commenter, discuter, twitter, facebooker (si, ça existe ! ).

La propriété intellectuelle est définie par le Professeur REBOUL comme «l’ensemble des règles de droit qui ont pour objet de protéger les fruits de l’activité intellectuelle; les créations et les signes distinctifs». Le Professeur DESBOIS quant à lui, précise que «les idées sont de libres parcours».

Effectuer la synthèse des enseignements de ces éminents spécialistes du droit de la propriété intellectuelle revient à dire que cette matière s’applique lorsque une idée est extériorisée, concrétisée.

Il en va ainsi du droit d’auteur français, dont la naissance au profit de l’auteur intervient «du seul fait de la création» (1).

Né au XVIIIème siècle sous l’influence notable de BEAUMARCHAIS puis des révolutionnaires, le droit d’auteur avait pour but initial la protection des créateurs de pièces de théâtre, dont la popularité autant que les droits étaient éclipsés par les comédiens.

Ainsi, une création originale, portant l’empreinte de la personnalité de son auteur rend ce dernier titulaire de deux types de droits (2). Les droits patrimoniaux qui comprennent le droit de reproduction et de représentation. Les droits moraux sont constitués quant à eux du droit de suite, du droit de divulgation, du droit de paternité, et du droit au respect de l’intégrité de l’oeuvre. Une majeure partie de la doctrine française considère qu’il s’agit respectivement de droits de propriété d’une part et de droits de la personnalité d’autre part.

Le Mash-Up ou bootleg est une expression anglo-saxonne héritée du temps de la Prohibition, désignant un phénomène né dans le dernier tiers du XXème siècle, consistant à créer une oeuvre artistique à partir de fragments d’autres oeuvres préexistantes. Le Bulletin officiel de la République Française du 25 novembre 2010, définit le Mash-Up, ou collage, comme la «composition faite d’éléments hétérogènes, qui constitue une oeuvre originale», ou encore comme «un assemblage, au moyen d’outils numériques, d’éléments visuels ou sonores provenant de différentes sources.»

Lire la Suite…

Publié par : anglepi | février 29, 2012

Twitter veut vendre mon oeuvre ?

Tweet

Un tweet original ?

Twitter veut vendre nos tweets. Ok.

Tout d’abord si vous n’utilisez pas Twitter ne passez pas tout de suite votre chemin : l’idée de ce réseau social est simple, vous postez à la vue de tous (pas seulement vos amis) un message en 140 caractères qui peut être n’importe quoi (y compris une photo ou un lien internet).

L’équivalent d’un «statut facebook» accessible à tous et limité à 140 caractères.

Vous comprenez tout de suite que ce billet (qui s’annonce passionnant et avec beaucoup de parenthèses) peut aussi s’appliquer à Facebook.

Impressionné par la propriété intellectuelle, vous souhaitez vous élever contre cette monétisation capitaliste harassante et vous souhaitez donc opposer votre noble droit d’auteur à une telle initiative mercantile.
Lire la Suite…

Publié par : anglepi | février 24, 2012

Brevet et Publicité riment.

– Chéri ? Chéri ?…CHERRRIIII ??

– Oui mon amour ?

– Tu as vu cette nouvelle crème à la TV qui permet de garder sa jeunesse et enlève les cernes et…

Là l’Homme beau et virile a deux solutions :

La première répondre très vite :

– «Mais tu n’en as pas besoin mon amour, tu es magnifique je t’aime comme tu es…patati patata»

La seconde est bien plus dangereuse et souvent est un regret :

– «C’est des conneries ce genre de truc…»

Et là réponse de la demoiselle, femme vieillissante (barrez la mention inutile) :

– «NAN MAIS SI CA MARCHE ILS ONT DEPOSE 4 BREVETS DESSUS ILS L’ONT DIT DANS LA PUB»

Argument choc : Le brevet !

Que faire face à cet argument ?

Lire la Suite…

« Newer Posts - Older Posts »

Catégories